La Chine, un modèle économique paradoxal

PODCAST-la-chine-un-modele-economique-paradoxal

 

Le modèle économique chinois

Aujourd’hui, la Chine est la deuxième puissance économique mondiale. Nous devrions dire plutôt : elle engendre le deuxième produit intérieur brut mondial, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Certes, nous vivons dans une économie mondialisée, et chacun de nos produits intérieurs bruts doit forcément quelque chose à l’activité d’une autre puissance que la nôtre, mais ici, en Chine, ce phénomène d’interaction est beaucoup plus accentué. La Chine est devenue l’usine du monde mais en grande partie grâce à l’implantation de firmes étrangères qui, ayant trouvé sur place une main-d’œuvre à faible coût, assurent 70 % de la production et 85 % des exportations. Par exemple, avec 60 % de la valeur des importations informatiques américaines, la Chine semble s’imposer comme le premier fournisseur des États-Unis en informatique, mais les exportations viennent d’entreprises délocalisées japonaises ou taiwanaises.

 

L’histoire du modèle économique chinois

Il n’empêche que la Chine a réussi le pari historique de conserver son régime politique tout en ne sombrant pas économiquement, au contraire de l’Union soviétique et de ses satellites européens, que leur effondrement économique a jetés à terre en quelques années. Pourtant, la résilience du régime chinois n’était pas inscrite dans les astres, bien au contraire, puisque c’est à Pékin que le monde a assisté pour la première fois à de graves remises en cause du pouvoir par une jeunesse désespérée, sur la Place Tien An Men, entre les mois d’avril et juin de l’année 1989, tandis que la Mur de Berlin n’est tombé qu’en novembre de cette année-là. Après une répression victorieuse dans sa capitale, le régime chinois a été témoin de la chute des régimes frères, et c’est alors que Deng Xiaoping accéléra la libéralisation de l’activité économique pour enrichir les Chinois tout en leur imposant le même totalitarisme, mais seulement politique, c’est-à-dire pour tout ce qui concerne la conscience, et l’action autre qu’économique. Elle a invité les entreprises industrielles des pays développés à se délocaliser chez elle, de façon à augmenter leurs marges, tout en gonflant son propre PIB. C’est ainsi que, dès 1993, le sénateur Jean Arthuis a tiré la sonnette d’alarme sur ces délocalisations, dans un rapport sous-estimé sur le moment, au motif que les principaux partenaires des pays occidentaux, par exemple, sont les Occidentaux eux-mêmes, mais un rapport qui a pris du poids à mesure que la Chine s’est développée.

 

L’avenir du modèle économique chinois

Une rumeur persistante voudrait que la Chine supplante bientôt les Etats-Unis. Certes, il est difficile de prévoir l’avenir des Etats-Unis, mais on peut quand même avancer, d’une part, que du fait de leur avance technologique, leur suprématie est appelée à durer, et d’autre part que le modèle chinois est fragile – du fait de la part extérieure de son PIB, comme nous l’avons dit – de sorte qu’il est impératif que son économie se tourne de plus en plus vers le marché intérieur. Cela dit, à la différence des Etats-Unis, la Chine est une véritable nation, ce qui joue en sa faveur sur le long terme quant à sa cohésion. Par ailleurs, l’idéologie communiste, pour ce qu’il en reste de seulement politique, reproduit en quelque façon celle de la Chine impériale, notamment en développant une classe de « successeurs révolutionnaires » de nature dynastique : la rupture n’est pas aussi évidente qu’on le croit, si l’on ajoute qu’en Extrême-Orient, la notion de personne individuelle n’a jamais été comparable à celle développée ailleurs. Autant de facteurs de stabilité, mais que, naturellement, les surprises, dont l’histoire a le secret, peuvent contredire.

 

Sources :

https://www.revueconflits.com/ingenieurs-ame-communisme-chine/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Manifestations_de_la_place_Tian%27anmen

https://www.senat.fr/rap/1992-1993/i1992_1993_0337.pdf

 

Pour trouver d’autres podcasts sur l’actualité, rendez-vous sur la page Actualités de l’ESCI.